• 28 juillet 2010
fr

14ème session : Le Conseil examine le rapport sur l’extrême pauvreté

Otacilio, Salvador de Bahia, Brésil, 2003. Exposition « Pauvres et Dignes »

Le 4 juin 2010, lors de la 14ème ses­sion du Conseil des Droits de l’Homme , Points-Cœur a assisté à l’examen du deuxième rap­port thé­ma­ti­que de l’Experte Indépendante sur les Droits de l’Homme et l’extrême pau­vreté.

Le der­nier rap­port de l’Experte Indépendante s’arti­cule autour de la ques­tion des pen­sions de vieillesse et attire l’atten­tion de la com­mu­nauté inter­na­tio­nale sur la situa­tion par­ti­cu­lière des per­son­nes âgées, qui sont davan­tage expo­sées aux pro­blè­mes de l’extrême pau­vreté. Points-Cœur, déjà bien impli­qué sur ce dos­sier de l’extrême pau­vreté, fut par­ti­cu­liè­re­ment atten­tif à ce rap­port qui rejoint des situa­tions ren­contrées par les volon­tai­res dans le monde entier.

Lors de son inter­ven­tion Mme Sepulveda a rap­pelé que les évolutions démo­gra­phi­ques mon­dia­les contri­buent au chan­ge­ment de la situa­tion des per­son­nes âgées. La popu­la­tion vieillis­sant, de plus en plus de per­son­nes âgées res­tent seules. Cette popu­la­tion, estime Mme Sepulveda, est davan­tage expo­sée aux pro­blè­mes de l’extrême pau­vreté et des vio­la­tions des droits de l’homme.

L’Experte Indépendante a par ailleurs appelé les États mem­bres à com­plé­ter le sys­tème de sécu­rité sociale contri­bu­tif par des pro­gram­mes d’assu­rance sociale non contri­bu­tive en rap­pe­lant que 80 % de la popu­la­tion mon­diale n’ont pas le droit à un vrai sys­tème de sécu­rité sociale et ce, même dans cer­tains pays déve­lop­pés.

Le dia­lo­gue inte­rac­tif entre les États mem­bres et l’Experte Indépendante a révélé que même si dans cer­tains pays de tels pro­gram­mes sont déjà mis en place ou sont envi­sa­gea­bles, pour d’autres, de telles réa­li­sa­tions repré­sen­tent un vrai défi.

Tout en reconnais­sant l’impor­tance pour les États de ren­for­cer la sécu­rité sociale, cer­tains pays esti­ment que la seule volonté poli­ti­que ne suffit pas. Pour que de tels pro­gram­mes puis­sent être mis en place dans les pays avec des res­sour­ces limi­tées, la coo­pé­ra­tion inter­na­tio­nale s’avère indis­pen­sa­ble.

Consulter le rap­port thé­ma­ti­que de l’Experte Indépendante sur les Droits de l’Homme et l’extrême pau­vreté. (EN)


Revenir au début