Points-Cœur ONU
Points-Cœur ONU
Accueil
  • Actualités
  • 17 octobre 2013 : Journée mondiale du refus de la misère

17 octobre 2013 : Journée mondiale du refus de la misère

Il y a main­te­nant plus de 20 ans, l’Assemblée géné­rale des Nations unies reconnais­sait le 17 octo­bre comme jour­née inter­na­tio­nale pour l’éradication de la pau­vreté. Depuis lors, chaque 17 octo­bre, les Nations Unies sont le théâ­tre de diver­ses mani­fes­ta­tions des­ti­nées à rap­pe­ler au monde entier que le refus de la misère doit demeu­rer une prio­rité de l’action des Nations Unies.

Cette année, le Comité inter­na­tio­nal 17 octo­bre com­posé de diver­ses per­son­na­li­tés (anciens hauts fonc­tion­nai­res des Nations unies, repré­sen­tants d’orga­ni­sa­tions majeu­res de la société civile…) a choisi pour thème « agir ensem­ble dans un monde sans dis­cri­mi­na­tion ». Un thème au centre des préoc­cu­pa­tions de Points-Cœur qui avait orga­nisé le 20 sep­tem­bre der­nier un panel de dis­cus­sion sur la pau­vreté et l’exclu­sion sociale comme prio­rité d’action pour l’agenda post 2015.

A cette occa­sion, le Secrétaire géné­ral Ban Ki-moon a affirmé que « le pro­gramme post 2015 doit avoir comme prio­rité prin­ci­pale l’élimination de la pau­vreté » et rap­pelé que « les iné­ga­li­tés gran­dis­san­tes dans les pays – qu’ils soient riches ou pau­vres – accen­tuent l’exclu­sion des sphè­res économique, sociale et poli­ti­que ».

Points-Cœur sous­crit également plei­ne­ment aux propos de Magdalena Sepulveda, Rapporteur spé­ciale sur l’extrême pau­vreté et les droits de l’homme, pré­sente pour cette jour­née, selon laquelle il y a un lien évident entre pau­vreté et vio­la­tion des droits de l’homme. Ainsi que cette der­nière avait déjà eu l’occa­sion de l’expri­mer dans son rap­port pré­senté au Conseil de juin ou lors du side event co-orga­nisé par Points-Cœur, ATD Quart-Monde, Franciscains International et Global Hope International, la pau­vreté ne se résume pas à l’absence de reve­nus. La pau­vreté, c’est mal­heu­reu­se­ment et sur­tout l’impuis­sance à par­ti­ci­per aux pro­ces­sus de déci­sions et à faire res­pec­ter ses pro­pres droits. Pauvreté et vio­la­tion des droits de l’homme sont liés, c’est un cercle vicieux qui se nour­rit et qui doit être brisé : la dis­cri­mi­na­tion de cer­tai­nes mino­ri­tés entraine leur pau­vreté et la pau­vreté entraine la dis­cri­mi­na­tion. L’éradication de la pau­vreté doit être au cœur même du tra­vail des Nations unies dont la res­pon­sa­bi­lité prin­ci­pale demeure la ces­sa­tion des vio­la­tions des droits de l’homme dans le monde. La pau­vreté est contraire à la dignité de tout être humain, valeur fon­da­trice de tout le sys­tème des droits de l’homme.

La jour­née du 17 octo­bre était orga­ni­sée par ATD Quart Monde qui avait pour l’occa­sion orga­nisé la venue de divers jeunes de toute l’Europe, le mou­ve­ment Dynamique jeu­nesse euro­péenne.

JPEG - 49.8 ko

Témoignant de la dis­cri­mi­na­tion dont ils sont les vic­ti­mes au quo­ti­dien, ils ont également pu expo­ser toute une série de photos répon­dant au thème de la dis­cri­mi­na­tion et de la pau­vreté.

JPEG - 23.5 ko

Ces témoi­gna­ges fai­saient ainsi écho à la très belle cam­pa­gne vidéo contre la dis­cri­mi­na­tion menée par ATD Quart Monde inti­tu­lée « Je ne veux plus ».


Revenir au début