• 14 février 2010
fr

Compte-rendu complet du 2è Forum des ONG d’inspiration catholique, compte-rendu complet (Rome, 12-14 fév 2010)

Deux ans après la pre­mière ren­contre, nous étions à nou­veau réunis pour réflé­chir ensem­ble sur le thème "New chal­len­ges in a glo­ba­li­zing world". L’ency­cli­que Caritas in Veritate de Benoît XVI était le cadre tout indi­qué pour envi­sa­ger les défis qui nous atten­dent dans le tra­vail de chacun et une éventuelle col­la­bo­ra­tion.

94 orga­ni­sa­tions avaient répondu pré­sen­tes à l’invi­ta­tion, c’est-à-dire une immense majo­rité de ceux qui avaient été invi­tés, et c’est visi­ble­ment avec beau­coup de joie et d’attente que les repré­sen­tants (un ou deux par orga­ni­sa­tion) se ren­daient à Rome. Sur ces 94 il faut comp­ter plu­sieurs types d’ONG : les repré­sen­ta­tions de congré­ga­tions ou ordres reli­gieux, de mou­ve­ments (comme Points-Cœur, CL, Focolari, mais aussi Action catho­li­que, Jeunesse Etudiante catho­li­que, mou­ve­ments du scou­tisme), et dif­fé­rents types d’asso­cia­tion d’aide (Saint Vincent de Paul, Caritas, ATD Quart-Monde…) ou de défense de tel ou tel groupe (mou­ve­ment mon­dial des mères, parents d’élèves, famille, jeunes filles, liberté d’ensei­gne­ment…). Chacun vient avec ses préoc­cu­pa­tions pro­pres et espère trou­ver sou­tien, for­ma­tion, mais aussi tout sim­ple­ment des amis (quand on repré­sente son ONG à l’ONU, on se sent par­fois un peu seul…).

La ren­contre s’orga­ni­sait comme suit : le matin parole aux uni­ver­si­tai­res et par­tage d’expé­rien­ces fruc­tueu­ses (les « good prac­ti­ces ») ; l’après-midi retrou­vailles en grou­pes plus res­treints sur des thèmes choi­sis et réflé­chis à l’avance, pour envi­sa­ger des col­la­bo­ra­tions concrè­tes. Points-Cœur était repré­senté dans un groupe plutôt géné­ra­liste sur les droits de l’Homme, et un autre sur l’éducation. L’ambi­tion était de se mettre d’accord sur quel­ques objec­tifs que nous pour­rions mener en commun et quel­ques moyens et échéances concrets pour mener ces objec­tifs à bien. Dans ce pre­mier groupe, il est res­sorti que les ONG allaient tra­vailler sur la thé­ma­ti­que « extrême pau­vreté », consi­dé­rée comme vio­la­tion objec­tive de la dignité humaine à cause des situa­tions qu’elle engen­dre.

Cette thé­ma­ti­que pré­sente plu­sieurs avan­ta­ges : le Conseil des droits de l’Homme a entre­pris une révi­sion des prin­ci­pes direc­teurs sur l’extrême pau­vreté, qui ren­drait prio­ri­tai­res dans l’agenda toutes les ques­tions qui y sont liées (exclu­sion, par­ti­ci­pa­tion des plus pau­vres, aide aux famil­les…) Par ailleurs l’effort cons­tant pour que l’extrême pau­vreté devienne une préoc­cu­pa­tion des Nations Unies (en d’autres termes le lob­bying) est sou­tenu depuis plu­sieurs années par ATD Quart-Monde qui dis­pose donc d’une réelle exper­tise et d’un lea­der­ship dont tous peu­vent béné­fi­cier (Points-Cœur a déjà com­mencé une col­la­bo­ra­tion avec ATD). Enfin la ques­tion de la dignité humaine y est très pré­sente et demeure la préoc­cu­pa­tion essen­tielle de toutes les ONG catho­li­ques.

Dans le deuxième groupe sur l’éducation fut aussi pro­posé de suivre l’agenda des Nations Unies qui s’inter­roge par­ti­cu­liè­re­ment sur l’éducation aux droits de l’homme, concept encore flou mais à ce titre très ouvert à l’inter­pré­ta­tion chré­tienne que nous pour­rions lui donner. A la suite de quel­ques ONG déjà lan­cées (dont Points-Cœur), déci­sion fut prise de leur emboî­ter le pas et de col­la­bo­rer dans la mesure du pos­si­ble à leur tra­vail.

Quelques impressions
  • Le sentiment d’une très grande disproportion entre l’ampleur de la tâche et les moyens des organisations présentes. Mais cette disproportion engendre l’humilité, particulièrement visible chez les membres du Saint Siège (nonces, secrétaires d’Etat, membres de différents dicastères). Elle n’empêche pas de fournir chacun à sa mesure tout le possible pour que la dignité de la personne soit toujours mieux défendue.
  • Points-Cœur a bien sa place, à en croire les témoignages d’amitié et les préoccupations qui ont émergé, qui sont précisément celles de notre organisation depuis que nous sommes à Genève.
  • Une préoccupation constante pour la famille, qui était présente en toile de fond de beaucoup de discussions. Cette préoccupation était particulièrement forte chez les représentants de jeunes organisations.

Clément Imbert, représentant permanent de Points-Coeur auprès de l’ONU

Revenir au début