• 1er mars 2011
en fr

Consultation avec l’Experte Indépendante : L’Accès à l’Héritage Culturel

Madame Farida Shaheed, Experte Indépendante dans le domaine des Droits Culturels

Le 10 Février 2011, Points-Cœur a assisté à une Consultation avec l’Experte Indépendante sur les Droits Culturels, Madame Farida Shaheed.

Dans le cadre de sa recher­che, l’Experte Indépendante a sou­haité orga­ni­ser une consul­ta­tion avec les états mem­bres et les mem­bres de la société civile afin de les infor­mer de ses tra­vaux mais aussi afin d’établir une dis­cus­sion cons­truc­tive avec ces der­niers. Tous se réu­ni­rent autour du thème de l’héri­tage cultu­rel.

  • Dans quelle mesure peut-on parler de droit à l’accès à l’héritage culturel ?
  • Quels sont les challenges rencontrés pour transformer ce droit en bonnes pratiques ?
  • Comment définit-on l’héritage culturel ?
  • Pourquoi l’accès à l’héritage culturel est-il problématique ? Lorsque nous parlons d’héritage culturel nous pouvons parler de différents éléments : l’héritage « tangible » (sites, structures…), l’héritage « intangible » (traditions, coutumes, langues, folklore, croyances…) et enfin de l’héritage « naturel » (réserves naturelles protégées, parcs…). Ces différents aspects d’un héritage culturel conduisent inévitablement à gérer un héritage culturel non comme un tout mais en s’adaptant au type d’héritage culturel considéré.

La dis­cus­sion fut lar­ge­ment orien­tée vers les ques­tions liées à l’héri­tage « intan­gi­ble ». Cette forme d’héri­tage amène diver­ses pro­blé­ma­ti­ques. Tout d’abord, puis­que étroitement lié à l’iden­tité pro­fonde de l’indi­vidu, ce type d’héri­tage peut-être source de conflit. Le contenu de cet héri­tage peut aussi être pro­blé­ma­ti­que. En effet, comme l’expli­que William Logan, l’héri­tage est un pro­ces­sus de sélec­tion basé sur le sys­tème de valeurs pré­sent qui peut être dif­fé­rent du sys­tème de valeurs futur. Il existe un fort lien passé-pré­sent-futur dans le cadre de l’héri­tage cultu­rel. L’héri­tage cultu­rel consiste en ce que nous valo­ri­sons et ce que nous sou­hai­tons trans­met­tre. Mais quels sont les cri­tè­res déter­mi­nants des éléments de cet héri­tage que nous vou­lons garder et trans­met­tre ? Qui défi­nit l’héri­tage cultu­rel ? Bien sou­vent, l’héri­tage cultu­rel reflète les vues du plus large groupe poli­tico-social et est donc déter­miné par les struc­tu­res de pou­voir.

Ces ques­tions de fond concer­nant l’héri­tage cultu­rel furent accom­pa­gnées d’une réflexion sur le cadre juri­di­que dans lequel s’ins­crit, ou devrait s’ins­crire, l’accès à l’héri­tage cultu­rel. Y.Donders pré­senta ce cadre juri­di­que inter­na­tio­nal. Elle réaf­firma tout d’abord la néces­sité d’ins­crire l’accès à l’héri­tage cultu­rel dans le cadre de la pro­tec­tion inter­na­tio­nale puisqu’il s’agit là de l’his­toire de l’huma­nité. Elle nota également un lien gran­dis­sant entre l’héri­tage cultu­rel et les droits de l’homme. En effet, l’accès à l’héri­tage cultu­rel est étroitement lié à d’autres droits de l’homme (droit de pren­dre part à la vie cultu­relle, droit à l’éducation, droit à l’infor­ma­tion, liberté d’expres­sion…) et le cadre juri­di­que des droits humains parait donc le plus appro­prié.

L’Experte Indépendante rap­pela l’impor­tance d’une véri­ta­ble réflexion sur les droits cultu­rels et de la néces­sité d’incor­po­rer ces der­niers dans le cadre des droits humains. En effet, les droits cultu­rels ont pour but, au même titre que les autres droits de l’homme, d’auto­no­mi­ser l’indi­vidu.


Revenir au début