• 24 mars 2011
en fr

Consultation sur le Projet de Declaration sur l’Education et la Formation aux Droits de l’Homme

Logo du Groupe de Travail/

Du 10 au 14 Janvier 2011, s’est tenue au Palais des Nations une consul­ta­tion entre Etats mem­bres et la société civile, concer­nant le projet de Déclaration sur l’Education et la Formation aux Droits de l’Homme.

Ce projet de décla­ra­tion est le fruit d’un long pro­ces­sus de rédac­tion et de consul­ta­tions menées par une pla­te­forme de 7 Etats dési­gnés par le Conseil des Droits de l’Homme (Maroc, Slovénie, Philippines, Suisse, Italie, Sénégal, Costa Rica).

Cette décla­ra­tion, qui a pour but de sou­li­gner l’impor­tance de l’éducation et de la for­ma­tion aux droits de l’homme pour tous afin de pro­mou­voir et pro­té­ger les droits de l’homme de chacun, sera pré­sen­tée au Conseil des Droits de l’Homme lors de sa 16ème Session en Mars 2011 pour adop­tion.

La der­nière consul­ta­tion de Janvier avec les Etats mem­bres et la société civile, à laquelle Points-Cœur a assisté, devait per­met­tre de trou­ver un consen­sus sur le contenu et la forme de la décla­ra­tion, afin de faci­li­ter les négo­cia­tions lors du Conseil. Certains points majeurs de conten­tion furent clai­re­ment visi­bles au fil des dis­cus­sions :

  1. Certains Etats désiraient que l’éducation aux droits de l’homme ne soit pas définie comme un droit. Ils redoutaient les implications qu’entraînerait une telle qualification et préféraient la considérer comme outil pour la promotion d’autres droits humains.
  2. Fut considérée la relation entre droit à l’éducation et l’éducation/formation aux droits de l’homme. Bien que liés,le second ne doit pas être réduit à une simple assimilation au premier.
  3. La question de la responsabilité de l’Etat dans la mise en place de l’éducation aux droits de l’homme fut également sujette de débats et de réticences de la part des états membres.
  4. Enfin, la déclaration prévoyait dans son dernier article, la mise en place d’un fonds volontaire de contribution. Cette mesure fut accueillie par de nombreuses réserves d’Etats faisant face à la crise économique et de faibles moyens.

A l’issue de la consul­ta­tion, un consen­sus fut atteint. Les ONGs pré­voient de pré­sen­ter des décla­ra­tions lors du Conseil des Droits de l’Homme afin de réaf­fir­mer l’impor­tance de cer­tains points qui ont été alté­rés ou ont sim­ple­ment dis­paru de la décla­ra­tion. Points-Cœur par­ti­ci­pera à la rédac­tion de ces décla­ra­tions afin de sou­li­gner à nou­veau l’impor­tance de ce texte pro­met­teur en termes de pro­mo­tion et de pro­tec­tion des droits humains.


Revenir au début