• 27 octobre 2011
en fr

Dialogue interactif entre les Etats membres de la plateforme sur l’Education aux Droits de l’Homme et les ONG.

Fazenda Do Natal - Brésil

Points-Cœur a par­ti­cipé à cet événement du 22 sep­tem­bre 2011 qui s’est déroulé en paral­lèle de la 18th ses­sion du Conseil des Droits de l’Homme (CDH). Un événement orga­nisé par le Groupe de Travail sur l’Education et la Formation aux Droits de l’Homme et spon­so­risé par la Plateforme pour l’Education aux Droits de l’Homme com­po­sée de sept Etats mem­bres : les Philippines, le Costa Rica, le Maroc, le Sénégal, la Slovénie, l’Italie et la Suisse.

46 repré­sen­tants d’ONG, des Etats mem­bres de la Plateforme, du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) et autres acteurs de la société civile, étaient pré­sents.

L’objec­tif de ce « dia­lo­gue inte­rac­tif » était d’échanger dif­fé­rents points de vue, infor­ma­tions, et pro­po­si­tions sur la mise en oeuvre d’une éducation aux droits de l’homme, dans le but de conce­voir et déve­lop­per des stra­té­gies en lien avec le méca­nisme de poli­ti­que des Nations Unies.

→ les méca­nis­mes des Nations Unies :

Les Philippines, le Maroc et la Slovénie esti­ment que l’Examen Périodique Universel (EPU) est un outil effi­cace pour ren­for­cer et pro­mou­voir l’éducation et la for­ma­tion aux droits de l’homme. Ils encou­ra­gent donc les Etats et les acteurs de la société civile à enga­ger un dia­lo­gue et à incor­po­rer ce droit dans leur rap­port d’EPU.

La Suisse encou­rage une tra­duc­tion de La Déclaration des Nations Unies sur l’Education et la Formation aux Droits de l’Homme dans le plus de lan­gues pos­si­ble afin d’obte­nir son implan­ta­tion effec­tive dans de nom­breux pays.

Concernant le Programme mon­diale pour l’implan­ta­tion d’une Education et d’une for­ma­tion aux Droits de l’Homme (2005), La Slovénie pro­pose un par­tage d’infor­ma­tions et de bonnes pra­ti­que par le biais du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme, en tant que coor­di­na­teur global de ce pro­gramme mon­dial.

→ l’implan­ta­tion au niveau natio­nal :

Le Sénégal a rap­pelé que l’usage des arts, par­ti­cu­liè­re­ment du théâ­tre est indi­qué comme un ins­tru­ment clé sur­tout dans l’éducation des jeunes. Les artis­tes jouent un rôle impor­tant et influent dans la société.

Les Philippines, quant à elles, ont mis en place des pro­gram­mes d’éducation aux droits de l’homme dans la for­ma­tion de la police et des forces armées.

Enfin, la Suisse a rap­pelé l’impor­tance d’une poli­ti­que inter­na­tio­nale qui ne soit pas trop pres­crip­tive en raison du sys­tème fédé­ral de nom­breux pays. Il convient, en effet, de tenir compte des poli­ti­ques des gou­ver­ne­ment locaux.

→ l’impor­tance de la société civile :

Tous les pays se sont accor­dés sur le rôle déter­mi­nant joué par les ONG dans le pro­ces­sus d’implan­ta­tion d’une éducation aux droits de l’homme. Elles per­met­tent une mise en oeuvre sur le ter­rain, très concrète.


Revenir au début