• 18 février 2010
en fr

Droits de l’enfant

Droits de l’Enfant

Dès l’ori­gine, les enfants ont été le prin­ci­pal centre d’atten­tion de Points-Cœur. En effet, depuis pres­que vingt ans, les volon­tai­res de Points-Cœur œuvrent pour que les enfants par­ti­cu­liè­re­ment vul­né­ra­bles (sans famille, vivant dans la rue…) pren­nent cons­cience de leur dignité et de la valeur de leur vie. (Pour en savoir plus sur l’orga­ni­sa­tion)

Son argu­men­ta­tion se base évidemment sur la Convention inter­na­tio­nale rela­tive aux droits de l’enfant (CIDE), dont nous avons fêté les vingt ans, le 20 novem­bre 2009.

Ses 192 signa­tu­res font de la CIDE un ins­tru­ment inter­na­tio­nal à portée quasi uni­ver­selle, texte ayant ren­contré le plus vaste consen­sus au sein de la com­mu­nauté inter­na­tio­nale. Depuis le 25 mai 2000, elle est accom­pa­gnée de deux pro­to­co­les faculta­tifs, nou­veaux textes de réfé­rence pour les droits de l’enfant. Ils por­tent res­pec­ti­ve­ment sur : la par­ti­ci­pa­tion des enfants aux conflits armés, et la vente des enfants, pros­ti­tu­tion des enfants et la por­no­gra­phie met­tant en scène des enfants.

La CIDE fait peser sur les États de nom­­breux enga­­ge­­ments pour don­­ner vie aux droits reconnus, orga­­ni­­ser des poli­­ti­­ques adap­­tées aux droits de l’enfant et la for­­ma­­tion aux droits humains. Quatre grands prin­­ci­­pes peu­­vent en être déga­­gés : l’égalité (et son pen­­dant, le prin­­cipe de non dis­­cri­­mi­­na­­tion), l’inté­­rêt supé­­rieur de l’enfant, le droit à la vie, à la sur­­vie et au déve­­lop­­pe­­ment et l’opi­­nion de l’enfant. La Convention étant indi­­vi­­si­­ble et les arti­­cles inter­­dé­­pen­­dants, les autres dis­­po­­si­­tions doi­­vent être inter­­pré­­tées et appli­­quées à la lumière de ces prin­­ci­­pes géné­­raux.

Cette Convention prend en consi­­dé­­ra­­tion les dif­­fé­­ren­­tes tra­­di­­tions et valeurs cultu­­rel­­les, socia­­les, économiques ou poli­­ti­­ques de cha­­que peu­­ple. Elle contient une pro­­tec­­tion juri­­di­­que de l’enfant a minima, cha­­que État devant met­­tre en œuvre, selon ses moyens, les droits qui y sont reconnus.

Le res­pect de la CIDE par les orga­nes onu­siens est soumis au contrôle du Comité éponyme, avec lequel Points-Cœur s’efforce d’appro­fon­dir ses rela­tions.

Connaître les der­niè­res actua­li­tés sur le sujet


Revenir au début