• 1er mars 2010
fr

« High level segment » : les dignitaires s’expriment sur les droits de l’Homme

Points-Cœur a assisté aux réu­nions du High level seg­ment (HLS), qui se tien­nent tra­di­tion­nel­le­ment en ouver­ture du Conseil des droits de l’Homme. Lors de ces réu­nions, la situa­tion inter­na­tio­nale des droits de l’Homme est abor­dée par des repré­sen­tants des Etats mem­bres du Conseil, émanant de la haute fonc­tion publi­que. Du 1er au 3 mars der­niers, ces digni­tai­res ont pu s’expri­mer sur une large gamme de sujets, mais un cer­tain nombre ont été évoqués de manière récur­rente.

La plu­part des Etats ont d’abord tenu à expri­mer leur sou­tien et leur soli­da­rité aux « peu­ples frères » d’Haïti, du Chili mais aussi de France, d’Allemagne et du Portugal, récem­ment éprouvés par de gran­des catas­tro­phes natu­rel­les.

Ils ont également été nom­breux à réaf­fir­mer que la com­mu­nauté inter­na­tio­nale devait condam­ner sans réser­ves toutes les vio­la­tions des droits de l’Homme, sans se lais­ser tenter par la logi­que du « deux poids deux mesu­res ».

L’uni­ver­sa­lité des droits de l’Homme a elle aussi été rap­pe­lée, oppo­sée à un rela­ti­visme cultu­rel qui jus­ti­fie­rait tout, même les vio­la­tions des droits de l’Homme, au nom de la tra­di­tion. La ques­tion des muti­la­tions géni­ta­les fémi­ni­nes a ainsi été abor­dée à plu­sieurs repri­ses, notam­ment par le Burkina Faso et les Pays-Bas qui sou­hai­tent en faire une réelle prio­rité sur la scène inter­na­tio­nale.

La can­di­da­ture de l’Iran au Conseil des droits de l’Homme,(remise en cause par cer­tai­nes ONG ira­nien­nes exclues du pays, que Points-Cœur a ren­contrées au Palais) ainsi que la crise huma­ni­taire dans les ter­ri­toi­res pales­ti­niens, ont également sus­cité la préoc­cu­pa­tion de pays aussi divers que l’Irlande, la République Tchèque ou le Luxembourg.

Deux pays se sont dis­tin­gués, à nos yeux, par le ton encou­ra­geant de leurs dis­cours. En effet, Maxime Verhaegen, minis­tre des affai­res étrangères des Pays-Bas a lancé un appel vibrant à l’unité entre les peu­ples. Il a rap­pelé qu’ « il y a plus de choses qui nous relient, que de choses qui nous sépa­rent », et a invité à se concen­trer davan­tage sur, et mieux par­ta­ger ces choses qui nous unis­sent. Il a par ailleurs déploré qu’au niveau inter­na­tio­nal, les exi­gen­ces de pro­cé­du­res, pren­nent sou­vent le pas sur l’examen de « réels pro­blè­mes », même si , selon lui, ces pro­cé­du­res res­tent utiles.

Le repré­sen­tant du Secrétaire d’Etat rou­main aux affai­res étrangères, a quant à lui, pro­posé une nou­velle col­la­bo­ra­tion avec les médias. Ceux-ci devraient tra­vailler de concert avec les ins­tan­ces inter­na­tio­na­les, pour ne pas dif­fu­ser uni­que­ment les cas de vio­la­tions de droits de l’Homme, mais faire en sorte que les « bonnes nou­vel­les » devien­nent également des sujets d’actua­lité.


Revenir au début