• 14 octobre 2008
fr

Le droit à l’éducation

Différents acteurs par­ti­ci­pent à l’éducation de l’enfant : les ensei­gnants, les éducateurs, et avant tout la famille qui offre un lieu de vie per­met­tant une éducation totale, per­son­nelle et sociale de ses enfants dès ses pre­miers jours.

L’éducation de l’enfant doit "favo­ri­ser l’épanouissement de la per­son­na­lité de l’enfant et le déve­lop­pe­ment de ses dons et des ses apti­tu­des men­ta­les et phy­si­ques, dans toute la mesure de leurs poten­tia­li­tés" (arti­cle 29 de la Convention) et « pré­pa­rer l’enfant à assu­mer les res­pon­sa­bi­li­tés de la vie… ». Cette défi­ni­tion exten­sive de l’éducation invite à une appro­che holis­ti­que de l’enfant.

Le droit à l’éducation ainsi consa­cré par la Convention (arti­cles 28 s.) montre que ce droit cons­ti­tue un aspect fon­da­men­tal pour la vie de tout enfant. Au-delà du seul appren­tis­sage d’un savoir, il par­ti­cipe à la "réa­li­sa­tion effec­tive des droits humains et à l’établissement de la paix et de la démo­cra­tie" (Journée de débat géné­ral du Comité des droits de l’enfant).

La mis­sion éducative n’échappe pas aux volon­tai­res de Points-Cœur qui, grâce à leur pré­sence quo­ti­dienne auprès des enfants (par­ti­cu­liè­re­ment dans les vil­la­ges Point-Cœur), pas­sent du temps avec les enfants pour les loi­sirs, la lec­ture, visi­tent les inter­nats, et contri­buent à l’ini­tia­tion aux valeurs qui sous-ten­dent les droits humains (pro­mo­tion de la dignité de chacun, res­pect, fra­ter­nité).


Revenir au début