• 16 avril 2013
fr

Les médias au coeur de l’éducation aux droits de l’Homme

CC BY-NC-ND Kevin H.

Quel thème doit guider la 3ème phase du Programme mon­dial d’éducation aux droits de l’Homme, qui débu­tera en 2015 ? Le Conseil des droits de l’Homme devra abor­der cette ques­tion lors de sa ses­sion de sep­tem­bre 2013. D’ici là, le Haut Commissariat a demandé leur avis aux ONGs ; Points-Coeur a pro­posé que les médias fas­sent l’objet d’une atten­tion par­ti­cu­lière. Voici le texte de notre contri­bu­tion.

L’Association Points-Coeur consi­dère que les médias et les jour­na­lis­tes devraient être une cible pri­vi­lé­giée de l’action du Programme mon­dial d’éducation aux droits de l’Homme lors de sa troi­sième phase.

Les médias imprè­gnent et for­ment en effet la culture d’une société et la men­ta­lité de ses mem­bres. Ils peu­vent pro­mou­voir une véri­ta­ble "culture des droits de l’Homme" ou au contraire une culture sapant les bases des droits fon­da­men­taux, dif­fu­ser des pré­ju­gés ou au contraire les dis­si­per. Ils peu­vent pro­mou­voir la haine à l’encontre de cer­tai­nes com­mu­nau­tés, l’exa­cer­ba­tion d’idées oppo­sées jusqu’à former des blocs her­mé­ti­ques, ou au contraire faci­li­ter le dia­lo­gue et la connais­sance mutuelle. Ils peu­vent sus­ci­ter la soli­da­rité envers les vic­ti­mes de conflits ou de catas­tro­phes natu­rel­les ou au contraire passer cer­tains évènements sous silence.

La qua­lité et l’hon­nê­teté du tra­vail des jour­na­lis­tes ont ainsi une influence directe sur les mem­bres de la société, car chaque per­sonne est expo­sée aux médias par le biais de la presse écrite et online, de la télé­vi­sion, de la radio, des blogs ou des réseaux sociaux. Le métier de jour­na­liste revêt par consé­quent une res­pon­sa­bi­lité sociale par­ti­cu­lière, ce qui a valu aux médias d’être par­fois qua­li­fiés de « 4ème pou­voir ».

Par la façon dont les médias infor­ment ou défor­ment la manière de penser des mem­bres d’une société, ils sont – ou pas – des agents pri­vi­lé­giés de l’Education aux droits de l’Homme. Ils devraient donc faire l’objet d’une atten­tion par­ti­cu­lière de la part de la 3ème phase du Programme mon­dial.


Revenir au début