• 25 avril 2012
en fr

Panel III co-organisé par Points-Coeur sur l’Education aux Droits de l’Homme dans des Cadres Non-Formels

L’orchestre NEOJIBA avec son chef Ricardo Castro - © NEOJIBA

Ce der­nier panel de la série, orga­nisé et modéré par l’ ONG Points-Coeur conjoin­te­ment avec l’ONG Al Hakim Foundation, visait à mettre en lumière dif­fé­ren­tes ini­tia­ti­ves et stra­té­gies d’éducation aux droits de l’homme à tra­vers des outils non-for­mels tels que : les arts, les médias sociaux, les grou­pes de dis­cus­sions ou encore le jeu.

Mme Rosslyn Noonan, Chair du Comité International de Coordination (ICC) des Institutions Nationales des Droits de l’Homme (NHRIs),a évoqué un pro­gramme d’Education et de Formation aux Droits de l’Homme (EFDH) des­tiné aux com­mu­nau­tés autoch­to­nes. Notamment implanté en Nouvelle Zélande, auprès du peuple Maori, ce pro­gramme cher­che à iden­ti­fier et sur­veiller les vio­la­tions des droits de l’homme loca­les et à former les mem­bres de ces com­mu­nau­tés aux droits fon­da­men­taux. Pour ce faire, l’ICC a mis de nom­breux outils à leur dis­po­si­tion parmi les­quels : le dia­lo­gue, la négo­cia­tion et la pro­mo­tion de l’éducation.

Mme Katrien Beeckman, à la tête du Département "Principes et Valeurs" de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix Rouge et du Croissant Rouge(IFRC), a par­ti­cipé au déve­lop­pe­ment d’une ini­tia­tive phare inti­tu­lée : « Les jeunes comme Agents de Changement des men­ta­li­tés » (YABC). Le projet consiste à faire réflé­chir les jeunes sur leurs pro­pres com­por­te­ments face aux dis­cri­mi­na­tions et aux pro­blè­mes sociaux tels que l’exclu­sion, les rap­ports hommes/femmes ou encore le res­pect de la diver­sité, afin qu’ils devien­nent ensuite, eux-mêmes, acteurs de chan­ge­ment. Aujourd’hui, l’IFRC compte 2300 ini­tia­ti­ves de jeunes aux niveaux régio­nal et inter­na­tio­nal dans 130 pays. Selon Mme Beeckman, la clé du succès de ce projet "YABC" réside dans l’égalité d’impor­tance entre le pro­ces­sus d’appren­tis­sage et son contenu. Ce pro­ces­sus s’effec­tue notam­ment à tra­vers une éducation par les pairs (jeunes par les jeunes) et une métho­do­lo­gie d’appren­tis­sage non-cog­ni­tive (les camps de jeunes ; les clubs de sport et de loi­sirs ; le jeu de rôle ; des acti­vi­tés créa­ti­ves, le dia­lo­gue etc...)

M. Alfred Fernandez, Directeur du Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD) a formé, par ce Collège, plus de 1400 par­ti­ci­pants venant de 94 pays. Son objec­tif est de donner aux étudiants les outils leur per­met­tant de cons­truire une culture des droits de l’homme dans une société mon­dia­li­sée. Il leur donne l’oppor­tu­nité de se fami­lia­ri­ser avec le sys­tème des Nations Unies et avec les com­po­san­tes des droits de l’homme, à tra­vers une ana­lyse de la situa­tion inter­na­tio­nale et par pays.

Mme Asmae Fahoum est venue parler de l’Association Instant Présent, (diri­gée par M. Gérard Gallego), met­tant en place des acti­vi­tés théâ­tra­les des­ti­nées aux grou­pes vul­né­ra­bles tels que les déte­nus, les per­son­nes han­di­ca­pées, les per­son­nes en situa­tion d’errance etc... Ce théâ­tre à dimen­sion sociale permet d’éduquer les gens à vivre ensem­ble, de démo­cra­ti­ser l’accès à la culture, de favo­ri­ser la réin­ser­tion sociale des par­ti­ci­pants et de faire pren­dre cons­cience à chacun de sa valeur au sein de la société. L’Association concen­tre son action sur la dignité des êtres humains, leurs res­pon­sa­bi­li­tés et leurs capa­ci­tés.

M. Ahmed Seghaier, Association EURO-MENA pour l’Education et la Formation aux Droits de l’Homme a intro­duit son dis­cours en sou­li­gnant le rôle capi­tal des réseaux sociaux dans la mobi­li­sa­tion popu­laire et le désir d’émancipation qui se sont pro­duits dans les pays arabes ces der­niers mois. Selon lui, les réseaux sociaux tels que Facebook, Skype, Twitter et YouTube, offrent l’oppor­tu­nité de dia­lo­guer et d’échanger libre­ment et gra­tui­te­ment, en vue d’agir concrè­te­ment. Les fac­teurs clés ayant permis un tel succès des médias sociaux lors du Printemps arabe sont : la gra­tuité de l’infor­ma­tion et le fait que les acti­vis­tes étaient, pour la plu­part, jeunes, éduqués mais sans emploi, donc ils ont eu le temps et les moyens d’agir effi­ca­ce­ment.

M. André Marc Huwyler, Luthier de l’Orchestre NEOJIBA, est inter­venu au nom de l’Association NEOJIBA lancée au Brésil par Ricardo Castro. Tout deux sont par­ti­cu­liè­re­ment pro­ches du Points-Coeur de la Fazenda Do Natal au Brésil. L’Association NEOJIBA pro­pose, aux enfants et aux jeunes de tous milieux sociaux, un ensei­gne­ment de la pra­ti­que orches­trale, à un niveau d’excel­lence. Ses 3 objec­tifs prin­ci­paux sont :

  • L’intégration sociale et la réconciliation de toutes les classes sociales : travailler ensemble pour un but commun.
  • La démocratisation de l’accès à la culture.
  • une formation personnalisée qui développe de nouveaux talents et forge l’excellence : il en résulte une meilleure estime de soi, un plus grand respect des autres, une acceptation de la différence.

Le projet pri­vi­lé­gie une éducation des plus jeunes par les plus grands. Ainsi, ces jeunes se res­pon­sa­bi­li­sent et pour cer­tains, recou­vrent une cer­taine dignité. Le gou­ver­ne­ment de Bahia et le Programme de déve­lop­pe­ment des Nations-Unies sub­ven­tion­nent le projet NEOJIBA.


Revenir au début