• 30 août 2011
en fr

Promotion et protection des DH par une meilleure compréhension des valeurs traditionnelles de l’humanité

Henna Hands, Photo de Ellen Reitman 2005.

Par sa réso­lu­tion A/HRC/RES/16/3 [1], le Conseil des droits de l’homme a demandé au Comité consul­ta­tif [2] d’étudier la façon dont une meilleure com­pré­hen­sion et une meilleure appré­cia­tion des valeurs tra­di­tion­nel­les de dignité, de liberté et de res­pon­sa­bi­lité peu­vent contri­buer à la pro­mo­tion et à la pro­tec­tion des droits de l’homme. C’est donc en pré­pa­ra­tion de cette étude que les experts [3] du Comité ont tenu un débat public le 10 août 2011.

Le débat a été très enri­chis­sant mais nous vous rap­por­tons ici seu­le­ment les inter­ven­tions de deux mem­bres du Comité consul­ta­tif. Ainsi, pour Mr HEINZ, il faut faire atten­tion à ne pas s’enga­ger dans une lutte entre Droits de l’Homme et valeurs tra­di­tion­nel­les. Aussi, l’appro­che plu­ri­dis­ci­pli­naire (socio­lo­gi­que, anthro­po­lo­gi­que...) est impor­tante ici, l’appro­che juri­di­que à elle seule ne sau­rait suf­fire. De même, l’objec­tif de cette étude n’est pas de rou­vrir le pan de l’his­toire des civi­li­sa­tions ni de repren­dre le débat de l’uni­ver­sa­lité des Droits de l’Homme.

Mme WARZAZI pense que la démar­che n’est pas de condam­ner les popu­la­tions mais de leur expli­quer, de les convain­cre sur les effets néfas­tes de cer­tai­nes de leurs pra­ti­ques sur les valeurs qui sous-ten­dent tous les droits de l’Homme et sur ces droits par consé­quent.

À la fin de la séance, les experts se sont enga­gés à pré­sen­ter un rap­port pré­li­mi­naire à la ses­sion du Conseil des Droits de l’Homme de février 2012 avant de pré­sen­ter l’étude défi­ni­tive à la vingt et unième ses­sion, celle de sep­tem­bre 2012. Points-Coeur est d’avis avec les experts qu’il faudra faire preuve de pru­dence pour ne pas remet­tre en cause des acquis des droits de l’Homme, ni tomber dans une com­pré­hen­sion ou inter­pré­ta­tion de ces trois valeurs, déconnec­tée de la réa­lité du ter­rain.


Notes

[1] Résolution adoptée à l’issue d’un vote enregistré par 24 voix contre 14, avec 7 abstentions.

[2] Composé de dix-huit experts siégeant à titre individuel, le Comité consultatif fait fonction de groupe de réflexion pour le Conseil et mène ses travaux sous sa direction. Il a pour fonction de fournir des services d’experts au Conseil sous la forme d’études et d’avis étayés par des recherches. Ces services d’experts ne sont fournis que sur demande du Conseil ; le Comité consultatif n’adopte pas de résolutions ni de décisions. Source :http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/...

[3] Les dix-huit membres actuels du Comité sont (le pays de nationalité et l’échéance du mandat figurent entre parenthèses) : M. José Antonio Bengoa Cabello (Chili - 2013) ; M. Shiqiu Chen (Chine - 2012) ; Mme Laurence Boisson de Chazournes (France - 2014) ; Mme Chinsung Chung (République de Corée - 2013) ; M. Miguel d’Escoto Brockmann (Nicaragua - 2012) ; M. Wolfgang Stefan Heinz (Allemagne - 2013) ; M. Latif Hüseynov (Azerbaïdjan - 2014) ; M. Vladimir Kartashkin (Fédération de Russie - 2013) ; M. Alfred Ntunduguru Karokora (Ouganda - 2013) ; M. Obiora Chinedu Okafor (Nigéria - 2014) ; Mme Purificación V. Quisumbing (Philippines - 2014) ; Mme Anantonia Reyes Prado (Guatemala – 2013) ; M. Shigeki Sakamoto (Japon - 2013) ; M. Dheerujlall Seetulsingh (Maurice - 2014) ; M. Ahmer Bilal Soofi (Pakistan - 2014) ; Mme Halima Embarek Warzazi (Maroc - 2012) ; M. Jean Ziegler (Suisse - 2012) ; et Mme Mona Zulficar (Égypte - 2013). La Présidente du Comité consultatif est Mme Quisumbing. Les trois Vice-Présidents sont MM. Seetulsingh, Heinz et Kartashkin. M. d’Escoto Brockmann est Rapporteur.

Revenir au début