• 22 mars 2013
fr

Qu’est-ce qu’éduquer ? Points-Cœur prend la parole dans un side event sur la citoyenneté globale

Patrick Felici avec des enfants du Point-Coeur de Naples, 2010

« Chacun de nous est res­pon­sa­ble de tout devant tous », dit Dostoïevski. Cela illus­tre pour Alfred Fernandez, orga­ni­sa­teur de l’évènement, ce qu’est la citoyen­neté glo­bale. Et cela passe par l’éducation.

« Education first » : tel est jus­te­ment le mot d’ordre de Ban Ki-moon, secré­taire géné­ral des Nations Unies, pour les années à venir. Le droit à l’éducation doit ainsi être placé parmi les prio­ri­tés des objec­tifs du mil­lé­naire pour l’après 2015.

Mais qu’est-ce qu’éduquer ? Une fois réussi le pari d’envoyer tous les enfants du monde à l’école, com­ment assu­rer qu’ils reçoi­vent une éducation de qua­lité ? Comment faire en sorte que leur for­ma­tion soit une pré­pa­ra­tion véri­ta­ble pour entrer sur le marché du tra­vail ? Sans pour autant perdre de vue que la fina­lité de l’éducation, c’est le déve­lop­pe­ment de la per­sonne, et non d’abord la com­pé­ti­ti­vité économique d’une nation ?

L’OIDEL, ONG spé­cia­li­sée dans ces ques­tions rela­ti­ves au droit à l’éducation et par­te­naire de Points-Cœur, a orga­nisé le 11 mars der­nier un side event sur l’éducation et la citoyen­neté glo­bale. Le père Raphaël Gaudriot y a fait une décla­ra­tion sur l’impor­tance que Points-Cœur accorde à l’éducation comme intro­duc­tion à l’envi­ron­ne­ment social et pro­fes­sion­nel d’une per­sonne, lui per­met­tant de pren­dre des ris­ques, grâce à la rela­tion de confiance qui s’établit dans la durée avec l’ensei­gnant.

Le Père Raphaël Gaudriot devant un panel où siè­gent, de gauche à droite : Alfred Fernandez, direc­teur de l’OIDEL ; F. Seck, ambas­sa­deur du Sénégal ; K. Singh, Rapporteur spé­cial des Nations Unies sur le droit à l’éducation ; J. J. Gómez Camacho, ambas­sa­deur du Mexique ; Jean Musy, vice-pré­si­dent de l’Association de la Presse Etrangère en Suisse.


Revenir au début