• 18 janvier 2010
fr

Réunion du groupe de travail sur l’extrême pauvreté

L’année 2010 verra la révi­sion des Principes direc­teurs sur l’extrême pau­vreté, projet auquel notre orga­ni­sa­tion a décidé de s’asso­cier. Pour ce faire, nous avons même sol­li­cité l’aide de trois Points-Coeur de ter­rain (Fazenda, Jardin de la misé­ri­corde et New York).

Publiés en 2006, les Principes devaient appor­ter une ligne de conduite aux orga­ni­sa­tions inter­na­tio­na­les tra­vaillant dans ce domaine. De nom­breu­ses lacu­nes leur avaient été trou­vées (manque de consul­ta­tion des pau­vres eux-mêmes, notam­ment), et une révi­sion deman­dée. La pre­mière étape de ce pro­ces­sus a eu lieu du 18 au 19 jan­vier 2010. Il s’agis­sait d’une réu­nion du groupe d’ONG en pré­sence de Magdalena Sepulveda, experte indé­pen­dante sur la ques­tion. Les pro­po­si­tions de toutes les orga­ni­sa­tions par­ti­ci­pan­tes furent exa­mi­nées en commun et pré­sen­tées à l’experte.

Pour des rai­sons pra­ti­ques [sta­giaire en voyage], Points-Cœur n’a pu assis­ter à la réu­nion même, mais avait aupa­ra­vant fait part de ses recom­man­da­tions par écrit, et celles-ci furent incor­po­rées au corpus de réflexion. Nous y insis­tions sur trois points : la néces­sité de faire par­ti­ci­per les pau­vres aux ini­tia­ti­ves prises à leur encontre (ne pas déci­der pour eux, mais les lais­ser pro­po­ser) ; les besoins spé­ci­fi­ques des enfants, pre­miè­res vic­ti­mes de l’extrême pau­vreté ; et l’urgence de lutter contre l’exclu­sion sociale sous toutes ses formes. Parmi les points rele­vés par nos par­te­nai­res l’on trouve également : la ques­tion du loge­ment adé­quat, de la pro­tec­tion contre l’exploi­ta­tion, ou d’une sécu­rité sociale mini­male pour les plus pau­vres.

Tout ceci a été condensé en un docu­ment unique soumis de nou­veau à notre réflexion, et à pré­sen­ter au bureau de l’experte en mars. Il y consa­cre le prin­cipe du res­pect requis avant toute chose de la dignité des plus pau­vres, décla­rant que l’ « extrême pau­vreté et l’exclu­sion sociale cons­ti­tuent des vio­la­tions de la dignité humaine ». De même une atten­tion accrue est deman­dée envers les plus pau­vres des pau­vres, à savoir les caté­go­ries vul­né­ra­bles comme les mino­ri­tés eth­ni­ques, les han­di­ca­pés, les enfants, les orphe­lins…

Lire la contri­bu­tion de Points-Coeur


Revenir au début