• 28 mars 2009
fr

Xè session CDH

Xè session du Conseil des droits de l’Homme. 2-27 Mars 2009

Le Conseil des Droits de l’Homme s’est réuni en mars pour sa Xè ses­sion. C’est l’occa­sion pour le Conseil de véri­fier com­ment les Droits de l’Homme sont appli­qués dans les dif­fé­rents pays ; De déci­der de mesu­res à pren­dre pour qu’ils soient tou­jours plus pro­mul­gués et mis en œuvre.

La jour­née des Droits de l’Enfant

À l’occa­sion du XXe anni­ver­saire de la Convention des Droits de l’Enfant, le Conseil a choisi de consa­crer une jour­née de débat sur les Droits de l’enfant. Il s’agit là d’une ini­tia­tive loua­ble par laquelle le Conseil des droits de l’Homme affirme sa volonté de consi­dé­rer les Droits de l’Enfant comme étant, une partie inté­grante de son mandat.

Les Side Event

En paral­lèle de la ses­sion, de nom­breux évènements sont orga­ni­sés par les dif­fé­ren­tes orga­ni­sa­tions accré­di­tées au Conseil. Il peut s’agir de jour­nées de for­ma­tion, d’expo­si­tions, plus sou­vent, de tables rondes.

Ainsi, une expo­si­tion d’art à été vernie au début de la ses­sion. Exposition mon­trant un cer­tain nombre d’œuvres (pein­tu­res, sculp­tu­res…), toutes réa­li­sées par des déte­nus dans le cadre d’un concours inter­na­tio­nal mis en place par l’Aumônerie inter­na­tio­nale catho­li­que des pri­sons. Une belle ini­tia­tive qui veut mon­trer que dans les pri­sons, le beau et l’espoir peu­vent aussi exis­ter. Une manière de plus de sou­li­gner la dignité et la valeur de l’homme même s’il a pu com­met­tre de bien mau­vai­ses actions !

Les Organisations se réu­nis­sent bien sou­vent autour de thèmes de réflexions comme l’éducation aux droits de l’homme, la mal­trai­tance des enfants, la situa­tion des droits de l’homme dans tel ou tel pays. Les tables rondes ou les for­ma­tions que met­tent en place ces grou­pes de tra­vail sont l’occa­sion de par­ta­ger au plus grand nombre le savoir et l’expé­rience accu­mulé sur un sujet par­ti­cu­lier.

Points-Cœur a ce mois-ci, co-orga­nisé une table ronde sur la famille.

Cinq inter­ve­nants sont venus par­ta­ger leur point de vue sur la famille tout en sou­li­gnant l’impor­tance capi­tale de ne pas l’oublier dans le débat des Droits de l’Enfant et plus lar­ge­ment, des Droits de l’Homme. En effet, il est bon que soit rap­pelé le fait qu’un enfant ne peut être consi­déré sans sa famille. Cette der­nière est la toute pre­mière société dans laquelle tout enfant devrait pou­voir gran­dir. D’où le rôle pri­mor­dial de celle-ci en matière d’éducation aux Droits de l’Homme par exem­ple.

Les Side Event sont un bel exem­ple du rôle que doi­vent tenir les ONG au sein du Conseil. Grâce à ces actions, il est pos­si­ble de trans­met­tre un point de vue sou­vent fondé sur l’expé­rience de bon nombre de volon­tai­res tra­vaillant sur le ter­rain. Les dis­cours tenus sont donc bien ancrés à la réa­lité. Il faut d’ailleurs obser­ver que les ONG ont la pos­si­bi­lité de trans­met­tre leurs sug­ges­tions sur le fonc­tion­ne­ment de la ses­sion lors de réu­nions heb­do­ma­dai­res, pré­si­dées par le Président du Conseil.

Le tra­vail des réso­lu­tions

Le rôle des grou­pes de tra­vail peut par­fois aller plus loin que la simple « remon­tée d’infor­ma­tion ». Afin de tou­jours plus amé­lio­rer le res­pect des Droits de l’Homme, les mis­sions des pays mem­bres pro­po­sent des réso­lu­tions qui peu­vent être adop­tées ou par consen­sus ou par vote si le consen­sus n’est pas pos­si­ble. Le poids d’une réso­lu­tion sera d’autant plus impor­tant si elle est passée par un consen­sus.

Ayant par­fois plus tra­vaillé que les mis­sions sur les sujets abor­dés dans les réso­lu­tions, les grou­pes de tra­vail ont la pos­si­bi­lité d’exer­cer une réelle influence sur le texte qui sera voté. Ainsi, le groupe de tra­vail auquel par­ti­cipe Points-Cœur sur les Droits Culturels a pu par­ti­ci­per à la rédac­tion de la réso­lu­tion. Les négo­cia­tions que nous avons enga­gées avec les pays qui n’étaient pas d’accord avec la pro­po­si­tion de départ ont fina­le­ment permis que le texte soit amé­lioré de sorte que toutes les mis­sions soient satis­fai­tes. Tout ce tra­vail dans les cou­lis­ses d’une réso­lu­tion ne doit pas être négligé et les ONG peu­vent y tenir un rôle extrê­me­ment impor­tant. Dans le cas de la réso­lu­tion sur les droits cultu­rels, cette der­nière n’aurait pro­ba­ble­ment pas pu passer par consen­sus et le texte n’aurait pas for­cé­ment été aussi juste que ce qu’il ne l’est main­te­nant.


Revenir au début