• 13 octobre 2008
fr

Table-ronde « Dignité de la personne et droits de l’homme »(2008)

Parallèlement à la 7ème Session du Conseil des droits de l’homme, Points-Cœur orga­ni­sait une table-ronde au Palais des Nations (Genève) sur le thème : « Dignité de la per­sonne et droits de l’homme » .

Cet événement était par­rainé par le BICE, Dominicans For Justice and Peace, OIDEL, New Humanity, CCIG, Bureau de soli­da­rité inter­na­tio­nale des frères Maristes.

Les intervenants

M. Yves MARIE-LANOE, Président, BICE
S.E. Mgr Silvano TOMASI, Nonce apos­to­li­que, Mission du Saint Siège auprès de l’ONU
Mme Ana-Paula SOUZA DA CUNHA, Volontaire per­ma­nente, Points-Cœur
Moderator : M. Alfred FERNANDEZ, Director OIDEL
Mme Memona HINTERMAN, Grand Reporter, France Télévision
M. Gabriel NISSIM OP, Président, Groupe ONG droits de l’homme, Conseil de l’Europe

Synthèse

En intro­duc­tion, M. Fernandez a rap­pelé que la per­sonne humaine devait être, confor­mé­ment à la défi­ni­tion de Kant, consi­dé­rée comme une fin et jamais comme un moyen.

Les dif­fé­rents inter­ve­nants ont saisi l’occa­sion du 60ème anni­ver­saire de la Déclaration Universelle des droits de l’homme pour réflé­chir aux nou­veaux défis des droits humains. Tous ont sou­li­gné l’impor­tance de pro­mou­voir une culture révé­lant à chaque per­sonne sa dignité, ainsi qu’une éducation à la capa­cité d’être res­pon­sa­ble d’elle-même et des autres (M. Nissim).

Mgr Tomasi a insisté sur le lien inte­rac­tif entre les droits de l’homme et la dignité de la per­sonne, l’un n’ayant aucune valeur sans l’autre, et sur la valeur uni­ver­selle de la dignité humaine.

M. Nissim a dressé le bilan de 60 ans de droits de l’homme en met­tant en exer­gue les nou­veaux défis et dif­fi­cultés - conjonc­tu­rels, struc­tu­rels - pour les mettre en œuvre, beau­coup les consi­dé­rant comme « un luxe pour temps calmes », les mena­çant dans leur dimen­sion uni­ver­selle.

Ce cons­tat a été confirmé et illus­tré par le témoi­gnage de Mme Hintermann qui a dénoncé le fait que les médias ne s’inté­res­saient qu’à leurs vio­la­tions "graves".

La meilleure des répon­ses pour mieux les res­pec­ter tien­drait dans l’éducation, notam­ment aux droits de l’homme, qui néces­site la par­ti­ci­pa­tion de tous les acteurs (M. Nissim). En ce sens, M. Marie-Lanoe a pré­senté les fruits de la Convention sur les droits de l’enfant, notam­ment la place pri­mor­diale à accor­der à l’éducation.

Enfin Mlle Da Souza a témoi­gné de son expé­rience comme volon­taire per­ma­nente de Points-Cœur pour illus­trer la force de l’amitié qui tra­duit le res­pect de la dignité de chaque per­sonne, et par­ti­cipe à la réa­li­sa­tion de ses droits.


Revenir au début